Pour une gestion optimale des crues sur votre barrage
sans calcul de débit entrant,

en respectant les principes de sécurité

Jouer maintenant

Foire aux questions

Le paramétrage du barrage sur Game of Gates est-il suffisant pour caractériser mon ouvrage ?

Le paramétrage proposé est simplifié, rapide à mettre en œuvre. Il va représenter une vision approchée d’un barrage, a priori suffisante pour simuler ses réactions pendant une crue. Néanmoins, des différences parfois notables peuvent être perceptibles par rapport au comportement réel observé.
La représentation approchée de la retenue est ainsi réalisée à partir d’une équation polynomiale, représentant un réservoir aux pentes régulières. Des singularités morphologiques ne seront pas représentées. Pour limiter cet inconvénient, nous vous conseillons de limiter la modélisation de la retenue à une tranche supérieure susceptible de provoquer des manœuvres en cas de crue (cote minimum de modélisation assez proche de la cote de consigne).

Quelle est la signification des paramètres à saisir pour le barrage ?

Les paramètres à saisir sont les suivants :
• Cote de consigne : altitude de la cote cible, à laquelle va s’effectuer la régulation
• Cote maximum : cette cote est celle admissible pendant une crue. Elle doit être supérieure à la cote de consigne. En cas de dépassement, une alerte sera donnée au cours du jeu.
• Hauteur du barrage : il s’agit de la hauteur du barrage, entre la cote maximum et le pied d’ouvrage. Elle s’exprime en mètre (par exemple : cote maximum de 742, cote de pied d’ouvrage 638 => hauteur du barrage de 104 m)
• Cote minimum de modélisation : définit l’altitude minimum de retenue du modèle, et donc la tranche de retenue qui sera prise en compte lors d’une simulation.
• La surface de la retenue à la cote de consigne : elle est exprimée en m² et représente la surface du réservoir mesuré à la cote de consigne.
La vérification porte sur l’allure de la modélisation de la surface de retenue en fonction des niveaux de retenue.

Quelle est la signification des catégories d’évacuateurs ?

Evacuateurs : organes vannés dont l’ouverture pourra être commandée pendant la crue.
Déversoirs : seuils ou déversoirs non vannés, dont la débitance ne dépendra que du niveau de retenue (sans intervention possible pendant la simulation en crue).

Comment saisit-on les valeurs de débitances dans les tableaux ?

Les tableaux comportent chacun deux colonnes : les cotes et les débits maximum possibles de l’ensemble des organes d’une même catégorie (évacuateurs ou déversoirs). On considère donc la somme des débits possibles d’un groupe d’organes de même catégorie.
Les valeurs supérieures des cotes correspondent à la cote maximum du modèle, les valeurs inférieures à la cote minimum du modèle. Le choix des valeurs intermédiaires est laissé libre. On conseille de spécifier les cotes de seuil des différents organes, pour mieux délimiter les zones de débitance nulle.

Comment saisit-on la valeur du débit des groupes de production

Cette valeur est saisie au moment du lancement d’une simulation. Il s’agira de la valeur maximum possible, et que l’on pourra faire varier au cours d’une simulation.

Quelle est l’influence du type de crue sur la gestion au barrage ?

Plus une crue sera rapide et brève, plus elle correspondra à un événement de type « orage ». Son gradient peut alors être très fort, mais la durée de la crue sera limitée. Ce type de crue aura donc un impact fort sur des réservoirs de faible surface.
A contrario, une crue de fusion nivale présentera des gradients plus faibles, mais pourra apporter un volume plus important sur une durée plus longue.

Comment choisir la période de manœuvre ?

La période de manœuvre correspond au délai entre deux manœuvres sur les organes vannés. Elle sera choisie plus courte pour assurer une régulation de niveau plus efficace, en particulier si la magnitude de la crue est importante par rapport à la surface du lac. En revanche, des manœuvres trop fréquentes sont difficiles à réaliser sur le terrain, et peuvent provoquer des oscillations indésirables sur le débit sortant. Il s’agit donc d’un compromis à trouver.
On privilégiera donc des manœuvres plus fréquentes pour les petits réservoirs, des manœuvres plus espacées pour les réservoirs de grande capacité.
Le choix automatique effectué pour la gestion en Trajectoire Linéaire correspond à ce type de compromis.

Quelle est l’importance du niveau initial ?

En fonction du niveau initial, un volume plus ou moins important sera disponible dans le réservoir pour stocker un volume entrant. Il en résultera un certain amortissement de la crue, grâce à une remontée progressive du niveau d’eau.

Comment la loi de conduite en trajectoire Linéaire est-elle paramétrée par l’ordinateur ?

Il s’agit d’une loi type, paramétrée de façon automatique. Elle correspond à une efficacité acceptable, qui peut dans bien des cas être améliorée par des études adaptées.
En particulier, il est possible d’étudier une variation de fréquence des manœuvres, en fonction de l’importance du débit évacué. Cela permet d’adopter une fréquence de manœuvre plus lente, bien adaptée aux crues courantes. Lors de crues exceptionnelles, un doublement de cette fréquence peut s’opérer de façon à garantir une gestion plus stricte du niveau.

Comment détermine-t-on les manœuvres en trajectoire linéaire ?

La conception de la loi de conduite en trajectoire linéaire permet de s’affranchir du calcul du débit entrant pour déterminer les manœuvres à réaliser sur le site. Seules les mesures de niveaux et de ses variations suffisent pour cela.
Il en résulte que l’exploitant sur le site peut à tout moment déterminer ses manœuvres par simple lecture d’une table à double entrée (cote, variation de cote). Cette simplification drastique sur le terrain est très appréciable pour s’assurer de la meilleure gestion possible, sans nécessiter d’équipement particulier.
Par ailleurs, l’algorithme utilisé par la Trajectoire Linéaire satisfait de façon native à tous les critères de stabilité et de robustesse des systèmes automatiques linéaires. Ce type de loi de conduite est donc compatible avec une conduite en crue par automate.

Comment interrompre une simulation en cours ?

Vous pouvez sélectionner le bouton "Terminer la simulation". Vous pourrez alors visualiser la synthèse de votre gestion, mais aussi visualiser celle effectuée par l'ordinateur suivant l'algorithme "Trajectoire Linéaire". Plusieurs critères de comparaison vous seront proposés.

Cas de manœuvres initiales imposées en début de crue

De nombreux barrages sont soumis à une réglementation imposant la réalisation de manœuvres initiales dissuasives, de façon à garantir l’évacuation du lit de la rivière avant de procéder à l’ouverture des évacuateurs.
Cette option n’est pas traitée par « Game of Gates », à des fins simplificatrices de démonstration. Néanmoins, ces manœuvres peuvent tout à fait être prévues dans une configuration professionnelle, à étudier spécifiquement.

Comment prévoir des états de veille avant les manœuvres de gestion en crue ?

La prise en compte des états préparatoires à la gestion en crue n’est pas opérationnelle dans Game of Gates, à des fins simplificatrices.
La détermination des conditions de passage en état de veille, puis de crue est néanmoins toujours étudiée pour un projet industriel. Pour cela, l’utilisation de paramètres hydrologiques spéciaux (coefficients de gradients Γ) permet une prise en compte de la dynamique des crues pour finaliser les différents d’exploitation du barrage.

La gestion en trajectoire Linéaire suit-elle la même méthodologie tout au long de la crue ?

Oui, les mêmes tables peuvent être utilisées pour n’importe quelle phase de la crue (début, pic de crue ou décrue). Elle permet aussi de compenser une variation brusque du débit sortant, suite à un déclenchement par exemple.

Le paramétrage d’une loi de conduite en Trajectoire Linéaire permet-il de garantir le respect des objectifs en crue ?

Le paramétrage d’une loi de conduite permet en effet de respecter les principaux objectifs en crue, et d’en quantifier les résultats. Pour cela, sur la base des caractéristiques techniques du barrage et de ses évacuateurs et en tenant des coefficients de gradients hydrologiques, une méthode analytique permet de déduire un paramétrage optimal.
Une étude précise de ces paramètres peut alors garantir la précision de régulation, les rapports de gradients, les cotes atteintes.